Les photos amatrices hardcore, véritables filles amatrices


BONDAGE JAPONAIS,

JEUX DE CORDES, LIENS

Soumission sans limite pour ces japonaises ligotées. Le bondage est un Art Japonais. Ces japonaise ligotées, liées et entravées par des cordes blessantes pur leur peau fragile, sont réjouies de participer au fameux bongage japonais !

La scène se déroule très vite : la porte s'ouvre brusquement et Pascale n'a que le temps de sauter du lit pour tomber nez à nez avec Véro ! Ma femme referme la porte et vient gifler violemment la fille qui, sous la force du geste, titube et s'affaisse près du lit. Je roule des yeux exorbités et suis toujours condammé à ne sortir que des «mmmmpppfff» sans influence sur Véro qui me regarde avec mépris avant de dire : «comment ai-je pu être aussi conne ! J'aurais dû me douter qu'après t'avoir allumé ce matin, cette fille voudrait t'avoir complètement ensuite. Et moi, je t'offre à elle sur un plateau, elle n'a qu'à se servir !» 
Pascale se redresse et veut s'emparer de sa blouse : Véro lui ressert une deuxième gifle bien sentie qui envoie la superbe créature valdinguer dans un fauteuil. Je suis atterré par cette situation : que puis-je faire ? Toujours solidement ligoté et bâillonné, je suis réduit à l'impuissance et assiste à ce combat féminin en spectacteur privilégié. 
Plus remontée que jamais, Véro s'empare des dessous de Pascale et lui balance à la figure en lui ordonnant de les enfiler, «afin que mon mari arrête de se rincer l'oil», et «parce que la partie de jambes en l'air est terminée !». Je ne peux m'empêcher de penser qu'en ce qui concerne mes jambes, elles ne risquent pas d'être en l'air, arrimées comme elles le sont, mais ce n'est pas le moment de s'égarer dans ces considérations. 
Tout en recouvrant de ses jolis sous-vêtements ses formes non moins charmantes, Pascale bafouille en larmoyant quelques mots d'excuses et fait comprendre qu'elle ne recommencera pas, que tout cela doit rester entre nous, que sinon, elle risque de se faire renvoyer... Véro lui assène une troisième gifle et se met à fouiller dans son sac à ligotage pour en sortir un rouleau de ruban adhésif. Comprenant où veut en venir Véro, j'hurle (si c'est possible) un «mmmmppppfff !» de réprobation : je sens que Véro veut punir Pascale. 
En effet, Véro explique en deux mots à Pascale que, si elle ne veut pas être renvoyée, il va falloir qu'elle subisse sa punition : une séance de ligotage elle aussi. De toute façon elle n'a pas le choix : soit Véro peut se faire justice discrètement dans le secret de cette chambre, soit Pascale refuse, et Véro ne pourra pas l'empêcher de quitter les lieux, mais alors elle porte plainte auprès de la direction et elle sera virée, grillée dans les milieux hoteliers de la région. Véro ajoute que si cette morue veut faire du scandale en révélant nos petites perversions, elle pense qu'entre elles et nous, c'est nous qu'on croira. Et après tout, le client n'est-il pas roi et libre de faire ce qu'il veut ? 
La pauvre Pascale est donc acculée à subir un bondage à la Véro : la mort dans l'âme, elle se résoud à être attachée. Que peut-elle faire d'autre ? J'assiste à ce nouveau ligotage, ce qui provoque de nouveau quelques émois au niveau de mon bas-ventre, resté miraculeusement libre. Véro s'en aperçoit et me remet difficilement mon slip en place, non sans lâcher : «toi, tu ne perds rien pour attendre, mon coco, on va s'expliquer après !» Je me tortille à nouveau et gémis pour essayer de faire jouer ma bonne foi dans cette affaire ! Qui est la victime, dans tout ça, depuis le début ? 
Forcée de s'agenouiller, simplement vêtue de sa culotte et de son soutien-gorge, Pascale se fait attacher les mains dans le dos avec le rouleau adhésif. Puis Véro oblige la fille à appuyer son buste sur une table basse, lui lie les chevilles avant de la bâillonner solidement avec ce même ruban adhésif. Humiliée, Pascale est en pleurs. Véro ne s'arrête pas là : elle entreprend de relier les cuisses de sa victime aux deux pieds opposés de la table. Pascale est ainsi arrimée au meuble et ne peut bouger... Elle sanglote et gémit doucement. Depuis mon lit, je regarde tout cela avec incrédulité (comment Véro est-elle capable de faire cela ?) et passion (cette situation n'est pas sans m'exciter : après tout, Pascale est une fille superbe, je suis sensible au bondage, et elle a su profiter de moi sans chercher à me délivrer, tout à l'heure...). 
Véro n'en a pas fini puisqu'elle immobilise encore davantage la jolie serveuse en l'obligeant à s'incliner sur la table et en l'entourant de ruban adhésif collé à son dos et passé sous le petit meuble. Ainsi attachée, Pascale est clairement neutralisée, à la grande satisfaction de notre amie Véro, qui se relève avec un grand sourire. «Ce n'est pas terminé pour toi, dit-elle à sa victime, tu mérites une bonne correction ! Tu violes mon mari et tu voudrais t'en tirer comme ça...» Véro décroche du mur une petite chaufferette ancienne en cuivre (ces objets ronds et assez plats munis d'un manche dans lesquels on mettait autrefois des braises pour chauffer les lits avant le coucher) et je devine qu'elle compte s'en servir pour administrer une bonne fessée à Pascale. Mon nouveau «mmmmpppfff» de protestation n'a aucun effet sur notre bourreau qui, effectivement, s'approche du remarquable postérieur de Pascale et commence à le tapoter avec son outil. La serveuse réduite à l'immobilité comprend elle aussi le sort qui lui est réservé et commence à gémir plus fort : «mmmmppppfff ! mmmmpppfff !» glapit-elle en secouant la tête. «Tu n'échapperas pas à cette fessée, assène ma femme, mais rassure toi, cela ne durera pas longtemps et je ne vais pas y mettre toutes mes forces, contrairement aux gifles que tu as reçues tout à l'heure. Cette petite correction sera en quelque sorte symbolique. Je n'ai pas l'intention d'abimer cette jolie paire de fesses, bien que je sois en droit de le faire.» Et Véro de fesser effectivement assez doucement Pascale qui semble gémir et sangloter de honte, se sachant aussi directement sous mon regard. Je dois dire que ne n'en mène pas large mais apprécie quand même le moment, très surpris par le tour que prennent les événements et la façon très autoritaire et décidée qu'a Véro de les mener. 
Au bout de quelques courtes minutes de supplice, Véro s'arrête et replace la chauferette sur le mur au-dessus de la commode, et reviens s'agenouiller près du visage bâillonné de Pascale : «Alors, ma petite, reconnais-tu que tu as mérité cette leçon ? Je vais te délivrer et te laisser retourner à ton travail, et je te garantis que de notre côté, on saura rester extrêmement discrets sur ce qui s'est passé ici. Je compte sur ta discrétion également, et tout se passera bien pour toi, d'accord ? » En réponse, Pascale hoche la tête pour acquiéscer. 
Quelques minutes plus tard, libérée de ses entraves, la jeune serveuse-femme de chambre est debout, revêtue de sa blouse, et tente devant un miroir de rattraper un peu son maquillage, de se recoiffer avant se sortir de la chambre sans un mot ni même un regard vers moi, qui mijote toujours sur le lit. Véro ne m'a pas détaché, moi. Elle n'en a pas eu le temps mais veut-elle le faire ?

soumise bondage corde . Enfin du sexe hard .. seulement pour vous ... decouvrez immédiatement des soumises et sodomisées et de la soumise violée et l'univers sm bondage des soumises !!! soumise violer soumise bondage corde. Les annonces soumises ... initiation soumise a femme soumise amateur qui est soumise violer soumise donjon maitresse de soumise et sodomisée et des soumise violer qui l'univers de la mpeg sm bondage soumise !!!


Collection triée par thème, de tous les fantasmes dont vous rêvez secrètement